Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 10:29

Après sa tournée américaine, le Patrouille de France ouvrira le défilé du 14 juillet sur les champs Elysées à Paris vendredi prochain.

Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France
Patrouille de France

Jean-Luc

Patrouille de FrancePatrouille de France
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 07:50
A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)
A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)
A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)
A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)

- Cliquez sur les photos pour les agrandir -

 

Depuis six ans, Bernard Decré s’emploie à confirmer une thèse qui semble tout à fait crédible : les deux aviateurs Nungesser et Coli auraient franchi l’Atlantique en mai 1927, quelques jours avant la première traversée en solitaire de Charles Lindbergh. Pour cela, il lui faut retrouver les débris de leur avion, « l’Oiseau blanc ». Le groupe Safran soutient ce projet.

A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)
Textes qui accompagnent la maquette exposée au mmusée Safran
Textes qui accompagnent la maquette exposée au mmusée Safran

Textes qui accompagnent la maquette exposée au mmusée Safran

Les deux aviateurs français, Charles Nungesser et son copilote François Coli, avaient décollé du Bourget au petit matin du 8 mai 1927, c'est-à-dire deux semaines avant la traversée sans escale réussie de Lindbergh, pour tenter de rejoindre New York. Nungesser et Coli n'étant jamais arrivés à destination, et aucune trace de leur avion n'ayant été retrouvée, cette tentative a toujours été considérée comme un échec.

Photos de la grande maquette exposée au musée de l'aéronautique et spatial Safran.
Photos de la grande maquette exposée au musée de l'aéronautique et spatial Safran.
Photos de la grande maquette exposée au musée de l'aéronautique et spatial Safran.
Photos de la grande maquette exposée au musée de l'aéronautique et spatial Safran.

Photos de la grande maquette exposée au musée de l'aéronautique et spatial Safran.

Deux hommes, le publicitaire Marcel Bleustein-Blanchet et le journaliste Marcel Julian, ont été les premiers à envisager une autre thèse : « l'Oiseau Blanc » – nom de l'avion de Nungesser et Coli – aurait bel et bien traversé l'Atlantique, mais aurait disparu en mer avant d'atteindre New-York.

A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)
A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)

Des indices concordants.

Créateur du Tour de France à la Voile et féru d'aviation, Bernard Decré s'est pris d'une véritable passion pour élucider ce mystère. Depuis six ans, il réalise une enquête très fouillée. « J'ai déjà recueilli une trentaine d'indices concordants qui laissent penser que l'Oiseau blanc aurait bien traversé l'Atlantique, indique-t-il. 

A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)

À commencer par le témoignage du pêcheur Pierre-Marie le Chevalier, qui naviguait dans la zone le matin du 9 mai 1927 et a raconté avoir perçu très clairement le bruit d'un avion et d'un crash suivis de cris.

Autre pièce à conviction : un télégramme des garde-côtes américains, daté du 18 août 1927, dans lequel ils déclarent à leur hiérarchie que deux ailes reliées ont été retrouvées à 300 km de New York et à 800 km de Saint-Pierre-et-Miquelon, émettant clairement l'hypothèse que ces ailes pourraient être celles de l'aéronef français !

A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)

A la recherche du moteur perdu.

Mais pour prouver de façon irréfutable que les deux pilotes français ont effectivement franchi l'Atlantique, il faut des preuves matérielles, c'est-à-dire retrouver un morceau de l'épave. En l'occurrence, le moteur, seule pièce capable de résister à une si longue immersion. Il s'agit d'un Lorraine–Dietrich, entreprise reprise en 1941 par la Société des moteurs Gnome et Rhône. Nationalisée en 1945, celle-ci formera la Société Nationale d'Etude et de Construction de Moteurs d'Aviation (Snecma) qui deviendra en 2005 le groupe Safran.

 

 

A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)

Une campagne cruciale.

Le périmètre dans lequel se trouvait Pierre-Marie Le Chevalier le matin du 9 mai a déjà été exploré à trois reprises sans résultat, mais les recherches vont reprendre au printemps prochain pour une campagne de trois semaines, au large de Saint-Pierre-et-Miquelon. « Notre vocation est de préparer l'avenir plutôt que de participer à la recherche du passé, mais on ne peut être sûr de son avenir que si l'on est fier de son histoire, », rappelle Jean-Paul Herteman, président-directeur général de Safran, revenant sur les raisons du soutien de Safran à ce projet. « En plus de son appui financier, nous essayons de voir dans quelle mesure le savoir-faire technologique de Safran pourrait aussi contribuer à retrouver le moteur de l'Oiseau Blanc », précise Bernard Decré.

 

En savoir plus : http://loiseaublanc.over-blog.com

Texte: Groupe Safran

 

A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)
A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)

Jean-Luc

A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)A la recherche de «l’Oiseau blanc» (exposition musée SAFRAN)
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 07:46
Sud-Aviation - Aérospatiale "Ludion"

Sud-Aviation, qui devint Aérospatiale en 1970, développa au début des années 60 un appareil, le SA-610 Ludion, afin de permettre aux fantassins de franchir des obstacles sur les théâtres d'opérations.

Sud-Aviation - Aérospatiale "Ludion"
Sud-Aviation - Aérospatiale "Ludion"

La société SEPR spécialiste des travaux sur les matières à très haute température et aux manipulations de produits chimiques s'associa au développement de l'engin ainsi que la SNECMA pour la motorisation.

Sud-Aviation - Aérospatiale "Ludion"

Le prototype effectua son premier vol en 1967 et il fut présenté en juin au salon de l'aviation du Bourget. Les essais se déroulèrent à Melun-Villaroche sous la direction de l'ingénieur Jacques Lecarme.

Sud-Aviation - Aérospatiale "Ludion"

Le programme a été abandonné en 1972 car sa formule était devenue obsolète par le développement d'hélicoptères, de toutes tailles, performants et fiables.

Sud-Aviation - Aérospatiale "Ludion"
Sud-Aviation - Aérospatiale "Ludion"

Jean-Luc

Sud-Aviation - Aérospatiale "Ludion"Sud-Aviation - Aérospatiale "Ludion"
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 07:44
Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45
Emblème Hispano Suiza

Emblème Hispano Suiza

Basée sur le moteur Hispano Suiza 12Y-31 de 12 cylindres en V, le 12Y-45 utilise le compresseur S-39-H3 conçu par André Planiol et l'ingénieur Szydlowski. Avec sa "circulation variable" et bien que plus volumineux, ce compresseur était plus efficace que le celui d'origine.

Le Dewoitine 520 du musée de l'air du Bourget.
Le Dewoitine 520 du musée de l'air du Bourget.
Le Dewoitine 520 du musée de l'air du Bourget.
Le Dewoitine 520 du musée de l'air du Bourget.

Le Dewoitine 520 du musée de l'air du Bourget.

Le nouveau compresseur abaissait la température d'admission de 60° et autorisait un taux de compression de 7:1. Utilisant de l'essence d'indice d'octane 100, il portait ainsi la puissance développée à 920 ch (677 kW) à 4 200 mètres (12 600 pieds). Ce moteur combiné à une hélice à pas variable Ratier permit au Dewoitine 520 d'être aussi performant que ses contemporains anglais et allemands début 1940. 

Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45
Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45
Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45
Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45
Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45
Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45
Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45
Le moteur Hispano Suisa 12Y45 du D-520
Le moteur Hispano Suisa 12Y45 du D-520
Le moteur Hispano Suisa 12Y45 du D-520
Le moteur Hispano Suisa 12Y45 du D-520

Le moteur Hispano Suisa 12Y45 du D-520

Un nouveau moteur fut développé pour celui qui devait remplacer le Dewoitirne 520, le D-550. Le 23 juin 1939, le Dewoitine D-550 destiné à remporter le record de vitesse effectua son premier vol. Mais le Messerchmitt Me-209 avait porté le record à une vitesse hors de portée du Dewoitine D-550.

Le moteur 12Y-51, collection du musée Safran

Le moteur 12Y-51, collection du musée Safran

Ce dernier donna malgré tout naissance au Dewoitine D-551. Trois prototypes effectuèrent leur premier vol respectivement le 15 octobre, le 5 novembre et le 13 novembre 1940. L'avion ne sera malheureusement pas produit en série après l'occupation de la France.

Le moteur 12Y-51 en cours de restauration
Le moteur 12Y-51 en cours de restauration

Le moteur 12Y-51 en cours de restauration

Le nouveau moteur Hispano-Suiza 12Y-51 développait 1000ch pour la version prototype puis pour le modèle de série, le 12Y-55, une puissance de 1300ch. La vitesse du nouvel avion devait atteindre 675 km/h.

 

Le moteur fut construit sous licence Suisse par l'entreprise Saurer (Saurer HS-51).

Le prototype du Dewoitine 550

Le prototype du Dewoitine 550

Un moteur SAURER HS-51 est en cours d'expertise au musée Safran afin de connaître si il sera possible de le remettre en fonction. A Toulouse une entreprise privée construit une réplique de l'avion D-551 et espère pourvoir l'équiper du moteur du musée Safran. L'avion devrait effectuer son premier vol en 2017.

La réplique du D-551 en cours de fabrication à Toulouse

La réplique du D-551 en cours de fabrication à Toulouse

Jean-Luc

Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45 Le Dewoitine 520 et son moteur Hispano Suiza 12Y45
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 07:43
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère

- Cliquez sur les photos pour les agrandir -

A l'entrée du musée Safran, on découvre de très beaux objets dans de grandes vitrines. L'emblème Hispano en cuivre, une maquette métallique d'un drôle d'objet volant. Mais quel est cet aéronef ? Dans le musée on le retrouve toujours en grande maquette métallique puis dans une grande vitrine regroupant plus de 50 appareils volants. Quel est donc cet étrange avion à aile annulaire?

Le Coléoptère du musée Safran
Le Coléoptère du musée Safran
Le Coléoptère du musée Safran
Le Coléoptère du musée Safran

Le Coléoptère du musée Safran

C'est le Snecma C-450, prototype d'avion à décollage et atterrissage vertical connu sous le nom de Coléoptère.

Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère

Il fait suite aux expérimentations de "l'Atar" volant, un prototype qui fut étudié à l'époque où la mode de l'aviation militaire était de fabriquer des appareils capables de se dispenser de pistes.

Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère

La structure de cet appareil comportait une aile en anneau et quatre petits empennages. Le poste de pilotage était conçu de manière à installer le pilote sur un siège mobile capable de lui permettre une bonne visibilité lors de  toutes les phases de vol: vertical en décollage et atterrissage et position horizontale pour le vol de croisière.

Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère

Le prototype "Atar volant" avait montré les possibilités de stabilisation d'un réacteur "posé sur sa tuyère". Le modèle volant d'une conception à aile annulaire est l'idée de l'ingénieur de la Snecma, von Zborowski d'origine autrichienne et ancien de Peenemünde et de BMW. Les avantages et les défauts de ce type d'aile étaient pourtant connus à l'époque et en particulier le très mauvais rendement à petite vitesse.

Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère

Le prototype a été étudié et construit par Nord-Aviation pour la cellule et Snecma pour la motorisation à la fin des années 50. Les essais du modèle en soufflerie ne furent pas publiés en ce qui concerne les phases de transition entre le vol vertical et le vol horizontal. Le domaine de vol horizontal était très mal connu et il n'y avait jamais eu d'essais réels.

Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère

Un premier envol vertical sous élingues eut lieu en avril et la première ascension libre le 6 mai 1959 au CEV de Melun-Villaroche. D'autres ascensions verticales jusqu'à environ 1 000 mètres furent ensuite réalisées. 

Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère

Malgré les interrogations sur les capacités de l'engin à une transition verticale-horizontale, celle-ci a été effectuée lors du 9ème vol par Auguste Morel le 25 juillet 1959. Mais le prototype, déséquilibré en cours de montée s'inclina à plus 50° et chuta à grande vitesse lorsqu'il se trouvait à plusieurs dizaines de mètres du sol. 

Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère

Le pilote s'éjecta à moins de 20 mètres et fut grièvement blessé. L'appareil s'écrasa au sol et les vols suivants du C-450 furent annulés. L'expérience de l'avion ADAV à aile annulaire s'arrêta là.

Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Nord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère

Jean-Luc

 

Nord-Aviation - Snecma C-450 ColéoptèreNord-Aviation - Snecma C-450 Coléoptère
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 07:33
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV

( Cliquez sur les photos pour les agrandir )

- Photos personnelles -

Nota: Cliquez sur les photos pour les agrandir

Un avion mythique: le Vautour II N du CEV
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV

C'est un avion mythique qui vous accueille au musée: Un Sud Aviation Vautour II N. Cet avion a permis au Centre d'Essai en Vol (CEV) de Bretigny-sur-Orge de tester de nombreux équipements pour d'autres avions comme par exemple le radar installé dans la pointe avant des "Mirage III". Un musée à visiter absolument.

Un avion mythique: le Vautour II N du CEV
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV

Ce musée possède un patrimoine exceptionnel: des moteurs d'avions, de fusées, des motos et les équipements associés à ces engins.

Un avion mythique: le Vautour II N du CEV
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV

D'autres articles vous seront proposés afin de vous faire découvrir certaines merveilles de ce musée.

 

Un avion mythique: le Vautour II N du CEV
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV
Un avion mythique: le Vautour II N du CEV

Jean-Luc

Un avion mythique: le Vautour II N du CEVUn avion mythique: le Vautour II N du CEV
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 07:31
Concorde et ses moteurs.

( Cliquez sur les photos pour les agrandir )

- Photos personnelles -

Musée SAFRAN ( SNECNA ) journées internationales du patrimoine.

 

Cet avion de transport de voyageurs volait à + de Mach 2 en vitesse de croisière ! Il faisait un bruit terrible au décollage !

Concorde et ses moteurs.
Concorde et ses moteurs.

C'était un quadriréacteur, les moteurs montés par 2 sur nacelles sous les ailes.

 

4 Moteurs Olympus de 17260 kgp, soit pour les 4 réacteurs 70 tonnes de poussée (160 000 cv).

 

Ils permettaient à l'avion de 185 tonnes d'atteindre 400km/h en 30 secondes au décollage. En vol, à Mach 2,02, il parcourait 100 km en 3 minutes soit 555 m/seconde.

 

Dépourvu d'aérofreins, il était le seul avion à mettre en vol la "reverse" de ses moteurs pour se ralentir !

Concorde et ses moteurs.

Lorsque l'on découvre 2 de ses moteur au musée SAFRAN, on comprend alors les performances et la vitesse de cet avion qui vola pour la 1ère fois en "1969".

Concorde et ses moteurs.

Je n'ai jamais vu de réacteurs aussi longs pour un avion civil. On imagine bien la puissance de ceux-ci au décollage et en vol supersonique. C'est très impressionnant.

Concorde et ses moteurs.
Concorde et ses moteurs.
Concorde et ses moteurs.

Jean-Luc

Concorde et ses moteurs.Concorde et ses moteurs.
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 07:28
Mirage III A 01 "Mach 2" du musée de l'air du Bourget

Mirage III A 01 "Mach 2" du musée de l'air du Bourget

- Cliquez sur les photos pour les agrandir -

L'avion n'a pas en core de radar dans sa pointe avant

L'avion n'a pas en core de radar dans sa pointe avant

Le Mirage III a été étudié dès la fin 1955 et construit dans le cadre d’un programme d’intercepteurs légers défini par l’armée de l’Air française. C'est un chasseur-bombardier monoréacteur qui associe une voilure delta à un fuselage dessiné suivant la  "loi des aires" qui lui donne une  "taille de guêpe". 

Le Mirage IIIC du CEV de Bretigny-sur-Orge au Musée SAFRAN ( SNECMA) - radar pointe avant CSF -C
Le Mirage IIIC du CEV de Bretigny-sur-Orge au Musée SAFRAN ( SNECMA) - radar pointe avant CSF -C
Le Mirage IIIC du CEV de Bretigny-sur-Orge au Musée SAFRAN ( SNECMA) - radar pointe avant CSF -C
Le Mirage IIIC du CEV de Bretigny-sur-Orge au Musée SAFRAN ( SNECMA) - radar pointe avant CSF -C

Le Mirage IIIC du CEV de Bretigny-sur-Orge au Musée SAFRAN ( SNECMA) - radar pointe avant CSF -C

Le 9 mai 1957, le secrétariat d’Etat aux Forces armées Air commande 10 avions Mirage III A, d’avant-série. L’armée de l’Air ne disposant pas des ressources financières pour programmer un avion pour chacune de ses missions, le Mirage sera donc fabriqué en série, monovalent sur le plan industriel et polyvalent sur le plan militaire.

Poste de pilotage
Poste de pilotage
Poste de pilotage

Poste de pilotage

Le 12 mai 1958, à Melun-Villaroche, le Mirage III A 01 "Honoré" effectue son premier vol piloté par Roland Glavany. L’Etat passe alors une commande pour 100 Mirage III, il en recevra 95, les 5 autres étant gardés par Dassault pour des essais et modifications pour les séries à venir. 

Siege éjectable 0-0 du Mirage IIIC
Siege éjectable 0-0 du Mirage IIIC
Siege éjectable 0-0 du Mirage IIIC

Siege éjectable 0-0 du Mirage IIIC

La vitesse de Mach 2, véritable performance à la fin des années 50, est atteinte, pour la première fois en Europe occidentale, par Roland Glavany sur le Mirage III A 01.

Tableau de bord du Mirage IIIC
Tableau de bord du Mirage IIIC
Tableau de bord du Mirage IIIC
Tableau de bord du Mirage IIIC

Tableau de bord du Mirage IIIC

À l'exception de quelques équipements ou accessoires secondaires, l'avion est un produit national. 

Cellule "taille du guêpe" en accord avec la loi des aires du Mirage IIIC
Cellule "taille du guêpe" en accord avec la loi des aires du Mirage IIIC
Cellule "taille du guêpe" en accord avec la loi des aires du Mirage IIIC
Cellule "taille du guêpe" en accord avec la loi des aires du Mirage IIIC

Cellule "taille du guêpe" en accord avec la loi des aires du Mirage IIIC

Les Français sont désormais, non seulement capables de produire des cellules ultramodernes, mais encore de fournir des réacteurs de classe internationale, et toutes les variétés d'armement ou de matériels électroniques.

Reacteur ATAR 9 SNECMA et trains d'atterrissage Messier du Mirage IIIC
Reacteur ATAR 9 SNECMA et trains d'atterrissage Messier du Mirage IIIC
Reacteur ATAR 9 SNECMA et trains d'atterrissage Messier du Mirage IIIC
Reacteur ATAR 9 SNECMA et trains d'atterrissage Messier du Mirage IIIC

Reacteur ATAR 9 SNECMA et trains d'atterrissage Messier du Mirage IIIC

Le réacteur Atar 9 est fourni par la SNECMA tandis que la SEPR procure le moteur-fusée SEPR 841 d’appoint, utilisable pour les missions d’interception. De nombreuses firmes fournissent les autres équipements: CSF (radar d’interception), Messier (trains d’atterrissage), Intertechnique, SAMM, SFIM, Sauvion...

 

(Sources Dassault Aviation - Photos personnelles)

Moteur fusée 841 pour l'interception. Constructeur SEPR
Moteur fusée 841 pour l'interception. Constructeur SEPR
Moteur fusée 841 pour l'interception. Constructeur SEPR

Moteur fusée 841 pour l'interception. Constructeur SEPR

Les concurrents:

 

Le Mirage IIIC du CEV - musée SAFRAN (SNECMA)

Manque le Trident.

Le Mirage IIIC du CEV - musée SAFRAN (SNECMA)

Jean-Luc

Le Mirage IIIC du CEV - musée SAFRAN (SNECMA)Le Mirage IIIC du CEV - musée SAFRAN (SNECMA)
Repost 0
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 09:03
Les journées du Patrimoine
Les journées du Patrimoine

Le week-end des 17 et 18 septembre, les Journées du Patrimoine sont l'occasion de (re)découvrir le musée de l’air du Bourget  et ses merveilles cachées au public ainsi que les avions stationnés en bordure de piste à Athis-Mons au sud de l’Aéroport d’Orly.

 

L'édition 2016 des Journées du Patrimoine va permettre d'observer à la loupe certains avions qui ont marqué l’histoire de l’aviation.

 Constellation 1

Cela permet d’approfondir nos connaissances et connaître les efforts importants déployés pour la conservation, la restauration et la mise en valeur du patrimoine aéronautique.

 Hruel Dubois

 

Vautour 1

Les journées du Patrimoine
Les journées du PatrimoineLes journées du Patrimoine
Les journées du Patrimoine
Les journées du Patrimoine
Les journées du Patrimoine
Les journées du Patrimoine
Les journées du Patrimoine
Les journées du PatrimoineLes journées du Patrimoine
Les journées du Patrimoine
Repost 0
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 08:26

Impressionnant et superbe.

 queenstowon 1

 

queenstown 2

Jean-Luc

 

 

Cliquez sur le lien ci-dessous dans le long rectangle blanc. (Le film après la pub !)

Atterrissage à Queenstown, vue cockpit (vidéo)Atterrissage à Queenstown, vue cockpit (vidéo)
Repost 0

Présentation

  • : lafermedevillars 24340 le blog de jean-Luc
  • lafermedevillars 24340 le blog de jean-Luc
  • : mes passions: la cuisine, les voyages,l'aviation, la moto,la poésie...
  • Contact

Profil

  • Jean-Luc
  • Mes passions: la cuisine, l'aviation, la moto, la citoyenneté, la poésie, les voyages...
  • Mes passions: la cuisine, l'aviation, la moto, la citoyenneté, la poésie, les voyages...

Recherche